Histoire et patrimoine
Histoire et patrimoine

HISTOIRE

PRAYSSAC EN QUERCY

Le Quercy (en occitan : Carcin, est une ancienne province française dont l’étendue correspondait à celle du diocèse primitif de Cahors ; elle perpétuait l’antique cité des Cadurques (peuple celtique), Divona Cadurcorum. Le Quercy s’étendait sur les plateaux calcaires des causses et les vallées adjacentes situées dans l’actuel département du Lot et la moitié nord du département de Tarn-et-Garonne.

Le Quercy correspond au territoire autrefois occupé par le peuple celtique des Cadurques ou Cadurci qui forma après la conquête romaine la civitas gallo-romaine du même nom. Les limites de la cité se retrouvent dans l’ancien diocèse de Cahors dont le nom vient d’ailleurs aussi de Cadurci.

PRAYSSAC tient son nom d’un riche propriétaire terrien de l’époque gallo-romaine, Priscius (le « ac » finissant le nom de bien des villages de la région signifie originellement « propriété de » en occitan).

En 1790, le Quercy forma le premier département du Lot. En 1808, sous Napoléon Ier, une partie importante du Quercy blanc ou Bas-Quercy fut détachée de ce département pour créer le département de Tarn-et-Garonne.

Le village de Prayssac est créé au VIII° siècle autour de son église. Au XIII° siècle, l’Evêque de Cahors céda la commune de Prayssac à Arnaud de Béraldi (seigneur de Cessac) afin de régler ses dettes.

La commune obtiendra sa charte en 1280 et deviendra ainsi une cité commerçante dont les foires sont renommées, (celles-ci existent toujours)

Prayssac a vu naître Jean-Baptiste Bessières en 1768 (futur maréchal d’empire et compagnon de Napoléon1er). Il trouvera la mort à la veille de la bataille de Lutzen le 1er mai 1813. (Il vécut comme Bayard et mourut comme Turenne).

Une statue à son effigie fut élevée en 1845 sur la place d’Istrie.

GÉOGRAPHIE / ENVIRONNEMENT

Prayssac se situe dans le sud-ouest du département, dans la vallée du Lot, le bourg est implanté au droit du méandre du Lot surplombé par la Cévenne de Bélaye. Les abords de la commune sont dominés par un paysage boisé, avec une végétation composée de chênes envahissant des collines calcaires qui autrefois étaient jusqu’en 1880 couverts de vignes qui faisaient la réputation du « Vin de Cahors » un immense dépôt calcaire se trouve au Nord-Est de la commune recouvert de résineux ; le Nord de la commune offre la vision d’un paysage périgourdin, composé de forêts où dominent le châtaigner, forêt  à champignons

Partager la page
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email